ja_mageia

Accueil Activités Conférences M. D'Arcimoles : Conférence sur l'Ukraine
M. D'Arcimoles : Conférence sur l'Ukraine

M. D'ArcimolesCompte-rendu de la conférence sur l'Ukraine de M. D'Arcimoles (parrain de la promotion 2016 et conseiller spécial auprès du PDG de Safran) du 6 mars 2015.

L’Ukraine se compose de parties de l’empire austro-hongrois, de l’empire ottoman, de la Pologne, la Roumanie et de la Russie. Avant la chute du mur de Berlin et l’éclatement de l’URSS, l’Ukraine et la Russie avaient des liens très forts. Nikita Khrouchtchev a même décidé en 1954 d’annexer la Crimée à l’Ukraine. Normalement l’ONU doit être prévenue et consultée lorsqu’il y a des changements de frontières, mais ce ne fut pas le cas. Ainsi, la Crimée a été annexée à l’Ukraine de manière illégale…

Ensuite, la chute du mur de Berlin a remis en cause beaucoup de choses. En effet, certains pays ont rejoint l’Europe, comme la Pologne. Mais la Pologne souhaitait garder des liens avec l’Ukraine, car elles avaient un passé commun, et notamment pour des raisons stratégiques. En 1999, lorsque Poutine arriva au pouvoir, il prévint les Européens de ne pas toucher à l’Ukraine. Ceci s’explique car la Russie et l’Ukraine étaient encore très liées. En effet, une grande partie de l’industrie stratégique russe se trouve en Ukraine (ex : missiles), ainsi que les systèmes de guidage des missiles, ou encore la fabrication des moteurs d’hélicoptères… Environ 20% d’uranium consommé en Russie vient d’Ukraine. La Russie a donc peur que l’Ukraine se rapproche de l’Union Européenne, car ses intérêts personnels pourraient être compromis.

Pourtant, l’Union Européenne a essayé de se rapprocher de l’Ukraine puisqu’en septembre 2014 un traité de libre-échange devait être ratifié entre eux deux. Mais ce traité n’entrera pas en vigueur avant fin 2015 d’après la Commission européenne, suite à des discussions avec l’Ukraine et la Russie, qui s’y est fortement opposée. Dans un même temps, l’Union Européenne tentait de se rapprocher de la Russie (depuis 1991). Effectivement, l’Europe est devenue dépendante de la Russie notamment en matière d’énergie (pétrole, gaz…).

Même si la Russie ne montre pas un grand enthousiasme envers l’Europe, ce rapprochement déplait aux États-Unis qui y voient une menace car l’Europe et la Russie réunies pourraient devenir plus puissantes qu’eux économiquement. Les États-Unis se sont déjà fait dépasser par la Chine et ne souhaitent pas réitérer l’expérience car ils ont déjà perdu leur titre de plus grande puissance économique mondiale. Ainsi, les États-Unis font tout pour empêcher ce rapprochement. Par exemple, l’OTAN a demandé un réarmement de ses pays membres en portant leurs dépenses militaires à 2% du PIB d’ici dix ans. Sauf que ce sont les États-Unis qui fournissent ces armes… Les États-Unis vont donc profiter de ce réarmement puisque leur demande d’armes augmentera et ainsi leur PIB, tandis que les pays membres de l’OTAN auront plus de dépenses ce qui les rendra moins puissants économiquement parlant.

En 2014, Poutine a voulu annexer la Crimée à la Russie, ce qui a engendré une contestation de la communauté internationale qui trouvait ceci illégitime. Pourtant, en 1954, la Crimée n’a pas été annexée à l’Ukraine de manière très légale, et aucune protestation n’a eu lieu… L’Europe s’est opposée à cette annexion, ce qui a créé des tensions entre elle et la Russie, à la grande joie des États-Unis bien sûr. Aujourd’hui, l’Ukraine est fortement déstabilisée car elle ne sait pas si elle doit se tourner plus vers l’Europe ou vers la Russie… C’est exactement ce que redoutait Poutine, qui voit aujourd’hui ses peurs confirmées.

La Russie entre 2007 et 2010 a fait des progrès dans son économie. Malgré tout, Poutine admet qu’il y a deux problèmes à gérer en Russie : un problème écologique et un problème religieux. De plus, il reste beaucoup de corruption en Russie, et il faut une poigne de fer pour maintenir ce pays qui se compose de cultures très différentes. Il faut cesser de faire passer Poutine pour un « méchant » qui souhaite nous faire la guerre. En réalité la Russie ne serait même pas capable de mener une guerre, ou se ferait écraser facilement. En effet, la Russie n’a plus de satellites de surveillance depuis quelques mois… Elle serait donc très vulnérable.

Il faut donc prendre du recul par rapport à tout ce que l’on entend ou que l’on voit à la télévision, et garder un esprit critique afin de ne pas prendre pour vrai tout ce que l’on essaie de nous faire croire. Il faut donc recouper des informations provenant de sources différentes afin de se forger un point de vue objectif et plus en cohérence avec ce qu’il se passe en réalité.

 

Réseaux sociaux

Présentation CPGE

Fiche de présentation de la CPGE Brémontier
Cliquer sur l'image pour télécharger la fiche de présentation.

Partenariats

Bordeaux EM



Vers les Ecoles

Suite...